Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Formation - Master Sciences de l’Univers, Environnement, Ecologie

Partenariats

CNRS

IRD

A voir

INFOS PRATIQUES

Vous trouverez ici diverses informations pratiques sur la vie du Master

En savoir plus >>

Contact

 

Campus Jussieu

Tour 46/00 1er étage

boîte courrier 210

4, Place Jussieu

75005 Paris

Parcours GEO

Géosciences

 

 

  

RESPONSABLES

Fabrice Minoletti

Laboratoire de Biominéralisations et

Paléoenvironnements, 56/55, 5ème étage, Boite courrier 116

4 place Jussieu, 75005 PARIS

fabrice.minoletti@upmc.fr

CONTACT PEDAGOGIQUE

Annick Soutarson

UPMC, Tour 46/00, étage 1, Porte 107C, Boite courrier 210

4, Place Jussieu, 75252 PARIS Cedex 05

annick.soutarson@upmc.fr

Objectifs pédagogiques

Les objectifs de ce parcours sont de former des étudiants aux métiers des sciences de la terre au sens large (géologie, géophysique terrestre et planétaire, géotechnique, géochimie et hydrogéologie) ainsi qu'à l’application de ces disciplines pour l’exploitation des ressources naturelles et les aménagements.

La formation proposée se focalise sur les objets géologiques, les méthodes d’observation et de mesure permettant leur étude, et la modélisation des processus impliqués.

Les échelles d’observation sont extrêmement variables (du cristal inframillimétrique et de l’affleurement métrique jusqu’aux bassins sédimentaires et aux orogénèses d’importance régionale à globale). Les modes d’observation sont eux aussi très divers : à terre, en mer, depuis l’espace, par observation directe ou indirecte (forage, sismique, méthodes géophysiques). A l’issue de cette formation les étudiants auront acquis une solide expérience d’observation et seront à même d’intégrer des données de différentes origines/disciplines pour les replacer dans un cadre global. Un accent est mis tout au long des deux années de formation sur le travail en équipe afin de faciliter l’intégration des diplômés dans des équipes de recherche (académiques ou entreprises privées).

La formation au cours du Master suit une progression vers une spécialisation croissante. Les disciplines de base des sciences de la terre (tectonique, géophysique, stratigraphie, géologie régionale, géotechniques) sont traitées au cours du premier semestre du M1 sous forme de tronc commun et complétées par des enseignements communs à l’ensemble du master (Statistiques, GQE, Anglais, Télédétection/SIG – 12ECTS en tout). Un début de spécialisation intervient au S2 sous la forme d’enseignements communs (Géostatistiques et stage d’initiation à la recherche – 12ECTS) et d’ouverture (18ECTS). La spécialisation se poursuit dans les parcours de deuxième année en S3 (30ECTS) et pendant le stage de fin d’étude en S4 (30ECTS). Les stages de terrain ont une importance capitale et suivent la même logique : stage plurisdisciplinaire au S1 (3ECTS), début de spécialisation au S2 (2x3ECTS), stages de terrain spécifiques au S3 (1 à 3 x3ECTS).

Quel que soit le parcours de spécialisation choisi, les étudiants devront maîtriser les connaissances et compétences de la discipline. Ils devront être capables d’appréhender un problème géologique fondamental ou appliqué depuis la phase de l’observation et de la mesure des phénomènes jusqu’à leur analyse et leur modélisation.

Parmi les modules proposés en M2 dans le parcours, plusieurs parcours de référence modulables sont conseillés pour faciliter un choix cohérent des disciplines qui forment l'ossature de la formation. Trois axes de formation principaux se dégagent : le premier (LBP) est centré sur les géosciences via l’étude de la lithosphère, des bassins sédimentaires et de la géologie pétrolière (partenariat avec MinesParisTech et l’IFP-EN). Le deuxième porte sur la géophysique appliquée aux ressources et à l’environnement (GARE). Le troisième se focalise sur les géotechniques (GT) et a une orientation professionnelle marquée (partenariat avec le CNAM). Cette organisation est amorcée en Master 1 par des filières selon que les étudiants se destinent préférentiellement à une activité dans le domaine des Géotechniques (avec le CNAM) ou le reste des Géosciences. Ces filières sont perméables puisque certains étudiants (en moyenne 1 par an) changent d'objectif de formation en cours de M1. Deux formations complémentaires appartiennent à des groupements Ile-de-France et sont dispensés pro parte par l’UPMC : la première sur la planétologie (PLANE associe UPMC, IPGP-U. Diderot (P7), U. Paris Sud (P11), U. Paris Est-Créteil (P12), UVSQ, MNHN et Observatoire de Paris), la deuxième sur la mécanique des sols, des roches et des ouvrages (MSROE associe UPMC, Ecole Nationale des Ponts et Chaussées et Ecole Centrale de Paris).

Public concerné

Le parcours " Géosciences " s’adresse aux étudiants initialement issus des licences ayant un fort contenu en Sciences de la Terre mais également aux étudiants titulaire d'une Licence d'autres disciplines (Physique, Chimie, Biologie) et désireux de se reconvertir vers les thématiques des Sciences de la Terre.

Les candidats au parcours" Géosciences " de la mention SDUEE devront avoir assimilé les bases des Sciences de la Terre en sédimentologie et stratigraphie, en tectonique et géologie structurale, en pétrologie et minéralogie ainsi qu'en géophysique, en hydrogéologie et géochimie. Une formation à l'observation sur le terrain dans ces différents domaines est également requise. Une solide base de connaissances en informatique est par ailleurs conseillée.

Débouchés

A l’issue du M2 les débouchés se répartissent en trois catégories d’importance égale :

  • Poursuite en thèse  dans le domaine des Géosciences : géodynamique, tectonique, géomatériaux, géologie et géophysique pétrolière, sédimentologie, paléontologie, paléo-environnements, hydrogéologie, géophysique de surface au sein notamment de l’Ecole Doctorale "Géosciences et Ressources Naturelles" (ED398) de l’UPMC.
  • Emploi dans le domaine géotechnique, conception et réalisation d'ouvrages en bureau d'étude PME ou dans les services dédiés des grandes entreprises du secteur (Vinci, Eiffage, SNCF, RATP…)
  • Emploi dans la reconnaissance et l’exploitation des ressources naturelles (industrie pétrolière, mines et granulats…), dans le stockage souterrain, l’aménagement et la gestion de sites en activité et des sites dangereux abandonnés, la gestion des risques (glissement de terrain, après mines,…).

Dans cette rubrique